1600 photodiodes sur une minuscule puce rétinienne

L’exposition industrielle accompagnant le congrès annuel de la société allemande de rétinologie qui s’est tenu du 23 au 24 juin 2017 à Stuttgart a été l’occasion pour Retina Implant AG de présenter des produits et des thérapies permettant d’aider les personnes atteintes d’une rétinite pigmentaire : l’implant rétinien RETINA IMPLANT Alpha AMS et le système OkuStim pour la thérapie d’électrostimulation transcornéenne. C’est à l’occasion de son exposé « Mise à jour en matière d’implant sous-rétinien : chirurgie et fonction » que le Prof Dr Florian Gekeler, directeur médical de la clinique ophtalmologique de l’hôpital Katharinenhospital de Stuttgart et scientifique à l’université de Tübingen à l’origine de nombreuses implantations de puces rétiniennes, a fait état de ses expériences dans le cadre du programme scientifique.

La société Retina Implant AG basée à Reutlingen développe et commercialise un implant rétinien permettant aux personnes aveugles atteintes de rétinite pigmentaire de retrouver une partie de leur capacité visuelle. Les patients peuvent donc percevoir des sources lumineuses comme une fenêtre ou des lampes et ainsi s’orienter dans une pièce. La micropuce est le résultat de 20 ans de recherches intensives menées par le Prof. Dr Eberhart Zrenner de l’Institut de recherche en ophtalmologie et de l’Institut de sciences naturelles et de médecine de l’Université de Tübingen. La deuxième génération de cette puce, l’implant RETINA IMPLANT Alpha AMS certifié CE, est présentée au public professionnel dans le cadre d’études et d’exposés. Le Prof. Dr Florian Gekeler, chirurgien de la rétine et directeur médical de la clinique ophtalmologique de l’hôpital Katharinenhospital de Stuttgart, est l’un des seuls spécialistes à réaliser l’implantation de la puce. « Il s’agit de l’un des actes chirurgicaux les plus complexes qui existent », a-t-il expliqué à l’occasion de son exposé « Mise à jour en matière d’implant sous-rétinien : chirurgie et fonction » organisé dans le cadre du 30ème Congrès annuel de la société de rétinologie qui s’est tenu à Stuttgart. Afin de bien faire comprendre les défis qu’il convient de relever, le Prof. Gekeler a comparé la micropuce à un stimulateur cardiaque : « La chirurgie cardiaque nécessite la protection de deux électrodes dans le corps humain, en ce qui concerne l’implant sous-rétinien, on en compte 1600. » Cette puce de seulement quelque 12 millimètres carrés est directement positionnée dans la fovea centralis de l’œil. Elle est fixée à l’extérieur de l’œil à la sclère du globe oculaire. Les 1600 photodiodes sont censées remplacer en partie les photorécepteurs ayant disparu en raison de la rétinite pigmentaire. Le Prof. Gekeler a présenté de manière passionnante le cas des patients capables de distinguer des nuances de gris après une vie passée dans l’obscurité totale et même dans certains cas d’identifier des lettres de dix centimètres de haut.