Remboursement des frais : Implant rétinien pour les patients atteints de maladies dégénératives de la rétine

France : Lancement d’une étude dans le cadre du « Forfait Innovation »

(Reutlingen, Allemagne / Montpellier, Poitiers, France) - Début juin 2018, la Direction gé-nérale de l’offre de soins (DGOS) a accepté de prendre temporairement en charge les coûts de l’implant sous-rétinien RETINA IMPLANT Alpha AMS. La Haute Autorité de Santé (HAS) avait déjà approuvé l’an dernier la soumission du « Forfait Innovation » de Retina Implant AG pour évaluer les bénéfices de l’implant. Si l’étude nationale qui vient d’être lancée est achevée avec succès, l’implant pourra être inclus dans le catalogue des prestations des caisses maladie en France. Les premières opérations seront réalisées à l’Hôpital Universitaire de Poitiers et à la Clinique St Jean à Montpellier. Pour les associations françaises de patients, il s’agit d’une étape importante dans le traitement des maladies rétiniennes dégénératives incurables comme la rétinite pigmentaire (RP).
Le programme français de financement « Forfait Innovation » évalue les technologies innovantes pour le système de santé afin de les rendre accessibles aux patients en France. Dans les années à venir, il remboursera l’implant rétinien RETINA IMPLANT Alpha AMS pour 40 patients atteints de maladies dégénératives de la rétine telles que la RP. Avec l’implant sous-rétinien de Retina Implant AG, la plupart des patients sont capables de percevoir les sources de lumière et d’utiliser l’implant afin de s’orienter dans l’espace. Le professeur Nicolas Leveziel (service d’ophtalmologie CHU de Poitiers et INSERM 1084), responsable national de l’étude, en est convaincu : « Ce qui est extraordinaire avec l’implant, c’est qu’il ouvre la possibilité d’une restauration visuelle chez les patients aveugles ou presque aveugles, sans caméra. Le niveau de développement technologique de l’implant est impressionnant et c’est actuellement un grand espoir pour les patients aveugles atteints de rétinite pigmentaire ». Pour l’association de patients Retina France, l’étude constitue également une étape importante dans le traitement de cette maladie de la rétine, auparavant incurable. Le Président Eric Moser déclare : « Depuis 1984, Retina France soutient sans relâche la recherche ophtalmologique. Jusqu’à il y a 20 ans, les efforts pour implanter une puce rétinienne semblaient complètement utopiques. Aujourd’hui, il y a des patients aveugles qui ont déjà été implantés avec succès. »
La société Retina Implant AG prend en charge les coûts d’une étude d’accompagnement qui examine l’influence de l’implant sur la vie quotidienne des participants. « Pour la première fois, des tâches validées et spécialement adaptées, modelées sur les activités de la vie quotidienne, sont utilisées à cette fin. Les questionnaires sur les résultats rapportés par les patients fournissent également des informations sur l’expérience personnelle des patients avec l’implant », explique Jürgen Klein, directeur Marketing et Ventes de Retina Implant AG. « En plus des mesures de la vision en laboratoire, il est important d’examiner l’utilisation pratique de l’implant dans la vie quotidienne. Outre les tâches mentionnées ci-dessus, il s’agit par exemple de savoir si un patient est capable de s’orienter dans un environnement inconnu sans aide extérieure. »

Adresses de contact pour les patients souhaitant participer à l’étude :

Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers:
Prof. Nicolas Leveziel
Mme Emilie Bedue, tél : 05 49 44 31 65
Mme Mélodie Omar, tél : 05 49 44 36 46

Clinique Saint-Jean de Montpellier:
Dr. Pierre-André Duval
Tél : +33 6 88 63 08 07
Courriel: montpellier@retine.tech